Le Guide Pour Parler Arabe Comme Un Pro

0
262

Intérêt et importance de ce guide

Ce guide ne contient pas des cours de grammaire ou de conjugaison de la langue arabe et moins de lexique arabe.

Il s’agit, en fait, d’un guide qui est le fruit de mes années d’expérience dans le domaine de l’enseignement de la belle langue arabe. Ce guide regorge de conseils précieux et pratiques qui vous aideront grandement dans votre apprentissage de l’arabe.

J’aurais aimé, moi aussi, avoir découvert les conseils pratiques contenus dans ce guide si je me suis mis à apprendre l’arabe. En fait, cela permet de gagner à la fois de l’effort et du temps. Ceci dit, il s’agit d’une question de pédagogie à suivre pour mieux apprendre l’arabe dans un temps record. Les faits sont là et ils témoignent sur un grand nombre de personnes « frustrées » qui ont suivi des formations pour apprendre l’arabe mais au bout de quelques mois d’apprentissage, elles ont laissé tomber leur apprentissage de l’arabe car la méthode, ou les méthodes, d’apprentissage adoptée(s) est (sont) inefficace (s).

Il s’agit donc d’adopter la bonne méthode pour apprendre l’arabe. Une méthode qui doit être à la fois pédagogique c’est-à-dire qui répond au à des paramètres scientifiques mais qui doit aussi être efficace.

C’est deux exigences, à savoir la pédagogie et l’efficacité, sont des impératifs qui doivent exister dans toute formation de langue, et surtout en langue arabe.

C’est pour cette raison que ce guide est précieux à plus d’un titre. Des conseils pratiques y sont indiqués dans le but de suivre une formation efficace en langue arabe.  

Quels sont les objectifs que vous visez à travers l’apprentissage de l’arabe?

Avant de poser la question de savoir comment peut-on arriver à maitriser l’arabe, c’est-à-dire soulever la question relative à la méthode efficace capable de permettre de maitriser la langue arabe dans un temps record, permettez-moi de soulever la question relative aux objectifs que vous visez à travers votre apprentissage de cette belle langue.

A titre d’exemple, l’on peut se demander pourquoi l’Homme a créé le téléphone ? Ou pourquoi l’Homme a créé la voiture ? Ou pourquoi l’Homme a créé l’ordinateur ?

Il s’agit de la motivation c’est-à-dire du motif (ou des motifs) qui pousse ou incite l’Homme a créé tous ces objets et d’autres encore. Le (ou les) motif (s) est (sont) lié (s) aux objectifs c’est-à-dire aux buts que l’on souhaite atteindre.

Ainsi, la motivation et l’objectif (ou les objectifs) sont importants pour la création des objets (téléphone, voiture, ordinateur…etc.). Cependant, ils ne sont pas pour autant suffisants.  En fait, il faudrait à côté de la motivation et de l’objectif (ou objectifs) à atteindre, la présence de ces deux éléments, à savoir :

  •   Des prédispositions personnelles
  •   Une action efficace

Les prédispositions personnelles concernent les traits et le caractère de la personne de l’apprenant(e). Il est très important que celle-ci soit assidue et sérieuse et qu’elle ne soit pas procrastinée. Vous savez c’est quoi la procrastination ? La procrastination (du latin « pro » qui signifie « en avant » et « crastinus » qui signifie « du lendemain ») est une tendance à remettre systématiquement au lendemain des actions (qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non).

Pour ce qui est de l’action efficace, il s’agit d’adopter la bonne méthode qui permet d’acquérir un maximum de connaissances utiles dans un temps record. Dans le cas, de l’apprentissage de l’arabe, la bonne méthode est une méthode qui se caractérise par son efficacité et sa démarche pédagogique. Tout au long de mon parcours de professeur d’arabe, je n’ai jamais cessé de penser à cette méthode efficace dans l’apprentissage de la belle langue arabe. À cet effet, mes années d’expérience dans l’enseignement de cette langue, m’ont permis de mettre en place une méthode d’apprentissage de l’arabe. Cette méthode a donné naissance à des livres pour apprendre l’arabe (disponible sur Ma Boutique Amazon) et à un site Internet : Almodaris

Alors pour arriver à maitriser l’arabe, il suffit de réussir la combinaison entre ces trois éléments :

Et vous quels sont les objectifs que vous voulez atteindre à travers l’apprentissage de l’arabe ?

Prenez un stylo et une feuille, et essayez de répondre à cette question :

Pourquoi voulez-vous apprendre l’arabe ?

La réponse peut être soit : pour postuler à un job, pour pouvoir connaitre davantage sur la culture arabe, pour communiquer avec des arabophones ou des Arabes … etc.

Chacune de ces réponses (et d’autres encore) est tout à fait légitime mais croyez-vous que cet (ces) objectif(s) que vous voulez atteindre perdurera (perdureront) dans le temps c’est-à-dire qu’il(s) sera (seront) toujours le (les) même(s) dans l’avenir ?

Ceci dit, si par exemple, dans le cas où vous vous mettez à apprendre l’arabe dans un objectif professionnel, est-ce que une fois que vous avez décroché le job (pour lequel parler l’arabe est indispensable), vous serez toujours attentif pour apprendre encore l’arabe et améliorer votre niveau dans cette langue ou bien vous allez perdre de votre motivation première et de votre enthousiasme pour apprendre encore et encore sur la langue arabe ?

Afin de surmonter cet obstacle que rencontre la plupart, voire tous les apprenant(e)s, vous devez chercher dans votre fort intérieur, le (ou les) motif(s) ou le (les) mobile(s) qui vous incite(nt) à apprendre l’arabe. Ce (ces) motif(s) ou ce(s) mobile(s) dépend (ent) de votre personnalité et vos objectifs personnels.

En tous les cas, ce (s) motif(s) ou mobile (s) peut (peuvent) avoir un aspect matériel (par exemple, pour la promotion professionnelle) et un autre aspect moral ou intellectuel (par exemple, faire des connaissances, acquérir du savoir…etc.).

Ce que vous devez savoir avant de se lancer dans l’apprentissage de l’arabe

En tant qu’apprenant(e) de la langue arabe, vous devez savoir que vous êtes dans la position d’un train (oui un train !) et que la langue arabe que vous souhaitez apprendre et maitriser est à l’image des chemins de fer ou des rails. Ces rails sont composés de deux lignes à savoir : la ligne du lexique ou vocabulaire et des phrases (compositions de mots) et la ligne des règles de grammaire, de conjugaison et de syntaxe. En tant que « train », vous devez rouler non pas sur une seule ligne mais sur les deux lignes, n’est-ce pas ? Sinon vous risquez de dérailler !! (Ce que je ne vous souhaite pas).

La première ligne: La ligne du lexique et vocabulaire

Le lexique est l’ensemble des mots ou termes dont est composée une langue. Les mots peuvent être des noms, des adjectifs, des adverbes, des verbes, des pronoms…etc.

Vous devez apprendre un maximum de mots en arabe afin de pouvoir se débrouiller dans différentes situations. Cependant, il ne faut pas croire que vous pouvez connaitre tous les mots arabes car sur le plan lexical, la langue arabe est très riche (le vocabulaire arabe dépasse les 12 millions de mots !). Aussi, même les personnes qui maitrisent la langue arabe comme les intellectuels ou les traducteurs ne connaissent pas tous les mots du dictionnaire arabe. Vous devez, tout simplement, apprendre les mots qui vous permettront de pouvoir s’exprimer dans diverses situations.

Avant de vous expliquer en détails les méthodes correctes à adopter pour apprendre du lexique arabe, permettrez-moi de faire quelques remarques :

  • La langue arabe diffère de la langue française en ce qui concerne la prononciation de certaines lettres. A titre d’exemple, en arabe il existe un « r roulé »  ر (tel que prononcé en espagnol ou en italien) et un « r à la française » غ (tel que prononcé en français). Alors, il est impératif de distinguer les « deux r » en langue arabe et s’attacher à prononcer le « r » selon qu’il soit « roulé » ou pas. Autre exemple, en arabe il existe la lettre ب « b » (qui se prononce de manière légère et « aérée »). En français, il existe le « b » et le « p ».
  • Ces deux exemples qui ont trait à l’alphabet arabe montrent que le « mode de fonctionnement » de la langue arabe diffère celui de la langue française. On peut dire la même chose des règles grammaticales et de la composition de la phrase en arabe, qui sont différentes du français.  Ainsi, il est primordial de « cesser » de penser et de fonctionner selon le « mode à la française » dans l’apprentissage de l’arabe. ceci dit, apprendre l’arabe implique une immersion progressive pour se détacher dans son apprentissage de l’arabe de la langue français.

Ces remarques ont pour but de ne pas « prendre de mauvaises habitudes » et de bien suivre la bonne voie dans l’apprentissage de l’arabe.

Revenant à la méthode correcte pour mieux apprendre du lexique arabe. Vous devez, à cet effet, suivre les deux conseils suivants, à savoir :

Le 1er Conseil : utiliser un bon dictionnaire                


Vous allez vous demander qu’est-ce que j’entends par un « bon dictionnaire » ?

En fait, si vous souhaitez vraiment parler comme un natif arabe, il est plus que recommandé d’utiliser un dictionnaire arabe-arabe. Je sais bien que la plupart des apprenant(e)s de la langue arabe (mais pas que, de toutes les langues) préfèrent utiliser un dictionnaire arabe-français car ils (elles) sont plus à l’aise. Cependant, utiliser un dictionnaire arabe-français (ou français-arabe) n’est pas la bonne méthode et fait partie des mauvaises habitudes.

Utiliser un bon dictionnaire arabe-arabe est justifié par plusieurs motifs. En fait, il n’existe pas une équivalence lexicale et sémantique des mots entre deux langues même si ces deux langues appartiennent à la même famille, comme c’est le cas entre le français et l’anglais par exemple. Bien que le français et l’anglais appartiennent à la famille des langues indo-européennes, des nuances sémantiques existent entre ces deux langues. De surcroît, la langue arabe qui n’appartient pas à la famille indo-européenne requiert justement pour mieux la maitriser d’utiliser un dictionnaire arabe-arabe. L’utilisation d’un tel dictionnaire est, bien entendu, recommandée pour les personnes qui ont acquis un niveau intermédiaire en langue arabe.

Ainsi, utiliser un dictionnaire arabe-français vous permet seulement de savoir l’équivalent du mot arabe en français sans permettre de savoir comment utiliser le mot arabe qui vous intéresse dans les différents contextes et dans les diverses situations et utilisations. En outre, utiliser un dictionnaire arabe-français ne permet pas de vous donner les synonymes en arabe des mots arabes dont vous cherchez à connaitre la signification.

Ainsi, l’intérêt d’utiliser un dictionnaire arabe-arabe est de vous permettre de découvrir les synonymes et les antonymes des mots arabes que vous souhaitez apprendre. Cela va vous stimuler davantage pour faire encore des recherches sur les mots arabes, ce qui entraine, par conséquent, d’apprendre d’autres mots arabes. Ainsi, l’utilisation d’un dictionnaire arabe-arabe élargira considérablement votre lexique en langue arabe.

Alors, si vous avez acquis un niveau intermédiaire en langue arabe, je vous recommande d’oublier les dictionnaires arabe-français (ou français-arabe) et de travailler avec un dictionnaire arabe-arabe.

En fait, un bon dictionnaire arabe-arabe va vous aider grandement pour avancer efficacement dans votre apprentissage de la belle langue arabe.

Je vous recommande avant d’acheter votre dictionnaire arabe-arabe, de le feuilleter pour voir s’il fournit des exemples types et pratiques. En fait, le bon dictionnaire arabe-arabe est celui qui ne se contente pas seulement de donner une définition des mots arabes, mais celui qui replace les mots dans des phrases afin de mieux rapprocher et nuancer les différents sens que peut avoir les mots arabes.

Exemple : si vous cherchez à apprendre le sens (plutôt les sens) du verbe arabe ضَرَبَ vous allez tomber sur la définition de ce verbe, ses synonymes et des exemples tels que :

  •   ضَرَبَ الرَّجُلُ السَّارِقَ

[daraba rrajolo s-sâriqa]

L’homme a frappé le voleur

  •   ضَرَبَ التِّلْمِيذُ مَثَلاً   

[daraba t-tilmîdho mathalan]

L’élève a donné un exemple

  •   ضَرَبَ الْبَنْكُ الْمَرْكَزِيُّ عُمْلَةً نَقْدِيَّةً جَدِيدَةً  

[daraba l’banko l’markaziyyo 3olatan naqdiyyatan jadîdatan]

La banque centrale a frappé (édité) une nouvelle monnaie d’argent.

Vous remarquez que le verbe arabe ضَرَبَ a plusieurs sens et ceux-ci ne peuvent être saisis par l’apprenant(e) de l’arabe que dans le contexte d’une phrase. Toutes les nuances des sens que peuvent avoir les mots arabes seront clarifiées par un bon dictionnaire arabe-arabe. Cela aide, en outre, à mettre le mot arabe recherché dans un bon dictionnaire, dans le contexte d’une phrase, en rapport avec les autres mots arabes. Cela aide, considérablement, à travailler votre « cérébralité », ce qui favorise une immersion dans la langue arabe. Par conséquent, le processus ultime dans la maitrise d’une langue qui consiste à « penser avec la langue » que l’on étudie, sera atteint. Par ailleurs, un bon dictionnaire arabe-arabe qui donne toujours des exemples des sens des mots dans le contexte d’une phrase, favorise à ce que l’apprenant(e) réussisse à s’exprimer correctement en arabe.

Il est préférable que le bon dictionnaire arabe-arabe soit accompagné d’un CD que vous pouvez télécharger sur votre propre PC. D’ailleurs, personnellement, je préfère les dictionnaires électroniques que l’on peut télécharger sur son PC, tablette ou smartphone. En fait, les dictionnaires électroniques nous permettent d’écouter la vocalisation juste des mots. Cela aura pour conséquence d’améliorer votre niveau en vocalisation de la langue arabe loin de toute influence de votre langue maternelle (au cas où celle-ci n’est pas l’arabe).

On peut résumer les caractéristiques qu’un bon dictionnaire (que vous devez acquérir), doit remplir, dans les points suivants :

  • Un dictionnaire arabe-arabe
  • Un dictionnaire destiné spécifiquement à l’enseignement
  • Un dictionnaire contenant des exemples de phrases et d’expressions pour chaque mot arabe
  • Un dictionnaire accompagné d’un CD ou d’une version électronique qui permettent d’écouter les mots arabes et de pouvoir les vocaliser correctement

A ce propos, il est à rappeler que l’on peut trouver sur internet des dictionnaires en ligne arabe-arabe de bonne qualité. Je peux, à ce propos, vous conseiller ce site internet qui propose un dictionnaire arabe-arabe très complet et riche :  Dictionnaire AlMaany

[alert type=”info”]Attention![/alert]

La langue arabe est une langue spécifique à plus d’un titre. De ce fait, la langue arabe est différente de la langue française dans son « mode de fonctionnement » et dans la vocalisation de ses lettres. Je dis cela pour que le (la) français(e) ou le (la) francophone que vous êtes, fasses attention lorsque vous vous lancez dans l’apprentissage de l’arabe.

Par conséquent, il est intéressant d’éviter d’apprendre de mauvaises habitudes lorsque vous étudiez l’arabe. J’insiste ici pour adopter les bonnes habitudes dans votre apprentissage de l’arabe.

A titre d’exemple, quand vous vocalisez les lettres arabes, il faut distinguer la deuxième lettre de l’alphabet arabe, à savoir ب [b], des deux lettres de l’alphabet français : b et p. Aussi, les deux lettres arabes س [sin] (lettre prononcée comme un S) et ص  [sâd] (une lettre emphatique qui se prononce de manière grave) doivent être distinguées. La même chose être dit à propos des deux lettres arabes : ك  [kâf] (lettre qui se prononce à partir de la bouche comme on prononce en français la lettre K) en et ق   [qâf] (lettre emphatique qui se prononce de manière grave en appuyant sur la gorge).

Même remarque peut être faite entre les deux lettres arabesز   [z] et ذ   [dh] (comme dans l’article défini en anglais the) et ث  [th] (comme dans le mot anglais three). Vous remarquerez que dans la langue française, les lettres ذ   et ث   n’existent pas. Alors, il faut s’efforcer, petit à petit bien entendu, de distinguer ces lettres arabes et d’arriver progressivement avec un peu d’entrainement à les vocaliser correctement.

Sur un autre plan, la composition de la phrase en arabe diffère du français. A titre d’exemple, l’auxiliaire être ou avoir n’existent pas en arabe. Dans l’exemple : « l’enfant est là », en arabe on dira : « l’enfant là » : اَلْوَلَدُ هُنَا [alwalado honâ]. Vous remarquez que l’auxiliaire ne figure pas dans la phrase arabe. C’est ainsi que fonctionne la langue arabe. Il faut donc s’y habituer petit à petit pour pouvoir comprendre le « mode de fonctionnement » de la langue arabe. Cela va vous permettre de prendre, avec le temps, le recul par rapport aux français (votre langue maternelle ou votre première langue d’enseignement). C’est ainsi que vous arriverez, progressivement, à maitriser la langue arabe et devenir un bon arabophone. YES. نَعَمْ  [na3am].

2e Conseil : la pratique et les « inputs »

La pratique de la langue est une condition plus que primordiale dans la maîtrise de toutes les langues. En fait, l’étude académique ou scolaire ou si vous voulez étudier théoriquement une langue n’est pas suffisante pour pouvoir parler l’arabe.

Il faut donc impérativement passer à la pratique pour mettre en application toutes les connaissances acquises lors de votre étude de l’arabe.

Vous allez me dire que vous ne connaissez pas une personne d’origine arabe ou un(e) arabophone qui maitrise la langue arabe pour pratiquer avec lui (ou avec elle) cette belle langue. Permettez-moi de vous dire que votre « justification » tombe à l’eau et ne tient pas la route. Pourquoi ?

Eh bien, nous vivons à l’époque de l’internet. Ceci dit, trouver une personne qui maîtrise l’arabe et pratiquer avec lui la langue arabe est à la portée de tous et toutes. Il suffit de se rendre sur les réseaux et sites internet pour l’échange des langues (par exemple le site italki) et de trouver un(e) arabophone qui maîtrise parfaitement la langue arabe pour échanger avec lui. Vous pouvez lui enseigner le français (ou une autre langue que vous maitrisez) et lui (ou elle), en échange, va pratiquer avec vous l’arabe. Cette personne va vous aider à converser et à corriger des fautes que vous pouvez commettre en s’exprimant en arabe.

J’insiste ici sur le choix de la personne avec qui vous allez échanger. Elle doit vraiment maîtriser l’arabe sinon elle peut bien vous induire en erreur. En fait, si la personne avec qui vous allez échanger commet elle-même des fautes, alors dans ce cas, votre apprentissage sera « botté ». Vous pourrez par exemple, pour mieux s’assurer que la personne maîtrise l’arabe, lui demander gentiment, bien entendu, son niveau scolaire et sa profession. Si elle est de niveau universitaire et si elle est, à titre d’exemple, prof de langue arabe, alors là vous pourrez échanger avec elle sans aucun souci.

Cependant, il est intéressant avant de rentrer en échange avec un(e) arabophone, d’avoir acquis des connaissances au sujet des phrases, formules et expressions que l’on dit souvent en arabe dans certaines situations.

Ces connaissances peuvent être appelées les « inputs » (ou des « entrées » en français). Les « inputs » dans une langue sont les phrases, expressions et formules qui sont prononcées correctement. Elles peuvent être apprises à travers les livres, les romans, les programmes de TV ou de Radio…etc.

Les « inputs » sont une des techniques les plus intéressantes pour apprendre n’importe qu’elle langue. Elles permettent, en fait, d’apprendre du vocabulaire (pas seulement des mots mais aussi des phrases « toute faites »). Emmagasiner les « inputs » est un des moyens les plus recommandés qui permettent de parler n’importe qu’elle langue de manière efficace et spontanée.

Il est intéressant de savoir que tous les enfants du monde arrivent, aisément et sans aucune difficulté, à parler leur langue maternelle. Quel est le secret à cela ?

Eh bien, le secret réside dans les « inputs ». Comment ? En fait, les enfants arrivent a emmagasiné des phrases, des expressions et des formules « toutes faites » qu’ils ont entendu autour d’eux (avec leur parent, leur proches, à la maison, au jardin, à la mer, …). L’inconscient des enfants « stock » ces « inputs » et les « injecte » lorsqu’ils veulent s’exprimer. De la sorte, tous les enfants arrivent, avant même de rentrer à l’école, à parler leur langue maternelle sans aucune difficulté.

Prenant un simple exemple. L’enfant qui est en compagnie de son papa au marché, entend ce dernier dire en arabe au boucher :

أُرِيدُ كِيلُو لَحْمْ طَازِجْ مِنْ فَضْلِكَ يَا سَيِّدِي.

[orîdo kîlo lahm tâzij min fadlika yâ sayyidî]

Je veux un kilo de viande fraie SVP Monsieur.

L’inconscient de l’enfant aura donc emmagasiné cette phrase (« input ») et il va la « ressortir » comme un « output » (« sortie» en français) une fois qu’il soit confronté à la même situation, c’est-à-dire lorsqu’il se retrouve avec un boucher pour lui demander un kilo de viande fraie.

Ainsi, par imitation, on arrive à apprendre la langue d’une manière spontanée et efficace.

Alors, il est intéressant d’acquérir un grand nombre d’ « inputs » pour pouvoir à la fois parler la langue arabe couramment, ce qui augmentera votre confiance en vous-même au cours de votre apprentissage de l’arabe.

Comment acquérir les « inputs » de la langue arabe ?

Vous pouvez acquérir les « inputs » de la langue arabe par plusieurs moyens. Pour l’essentiel, vous pouvez s’appuyer sur :

[toggle_wrap]

[toggle title=”Regarder un film”] Vous pouvez louer ou acheter un film (documentaire, dessin animé…etc.) ou même le voir gratuitement sur la plateforme YouTube. Actionnez le sous-titrage en arabe de votre film. SVP pas de traduction en français. En fait, le sous-titrage en arabe a de nombreux avantages car il vous permettra de :

Suivre le film avec le sous-titrage en arabe et de comparer ce qui se dit dans le film (le son) avec ce qui est écrit dans le sous-titrage (l’écrit),

De bien maîtriser la vocalisation des mots et phrases en arabe.

Il est intéressant aussi d’avoir sous la main un bon dictionnaire pour chercher les mots dont vous ne saisissez pas le sens. Arrêtez le film lorsque vous tombez sur un mot dont vous ne connaissez pas la signification. Mentionnez le sens du (des) mot (s) sur un carnet et reprenez le visionnage de votre film.

Une dernière remarque : choisissez un film (documentaire, dessin animé …etc.) dans lequel il y a moins, voire même pas, de « scènes attirantes » car elles vont vous distraire pour atteindre votre objectif qui consiste à apprendre et acquérir les « inputs » de la langue arabe. [/toggle]

[toggle title=”Lire un roman en arabe”]

La lecture d’un roman écrit en arabe est un des meilleurs moyens pour acquérir les « inputs » de la langue arabe et, par conséquent, d’arriver à maîtriser cette belle langue.

Vous pouvez commencer par un « maigre » roman c’est-à-dire un roman ou une courte histoire composés d’une dizaine de pages. Vous pouvez acheter les romans arabes sur les plateformes de vente comme Amazon ou même acquérir une version gratuite sur certains sites internet.

[/toggle]

[toggle title=”Ecouter des programmes de TV ou de Radio en langue arabe”]

l’acquisition des « inputs » de la langue arabe à travers les programmes de TV ou de Radio qui diffusent en langue arabe est un moyen intéressant. Surtout il est important de suivre ces programmes de manière régulière et continue. Vous pouvez choisir le programme de votre choix dans lequel vous trouverez un plaisir à suivre (politique, économie, littérature, sport, international, nature…etc.). L’essentiel étant à la fois de prendre du plaisir et de se concentrer sur le programme de votre choix.

Il existe plusieurs chaînes de TV et de radio en arabe. À titre d’exemple, je peux vous recommander les stations suivantes : Al-jazzera, BBC arabic, RT arabic, France 24 en arabe, CNN arabic.

[/toggle]

[toggle title=”Participez à un forum en arabe qui traite de sujets qui vous plaisent.”]

La toile regorge de forums en langue arabe qui abordent des sujets divers et variés (politique, économie, actualité, sport, cuisine, culture, musique, littérature…etc.). Choisissez pour le forum en arabe qui vous intéresse le plus et inscrivez-y.

Il se peut que les personnes qui postent leurs commentaires sur le forum de votre choix, le fassent en langue arabe populaire et non pas avec la langue arabe littéraire. Ce n’est pas trop grave. En tous les cas, dans la plupart des forums l’échange se fait, généralement, en langue arabe littéraire que vous souhaitez apprendre à maitriser, n’est-ce pas ?

Surtout ne vous contentez pas de lire les commentaires des inscrits au forum de votre choix, postez-vous aussi des commentaires en arabe. Ne vous souciez pas des fautes que vous pourrez commettre. Ce n’est pas aussi grave que ça. L’intérêt c’est que vous arriverez à suivre les discussions au sein du forum, que vous y participez et que vous donnerez votre opinion (en arabe bien entendu).

Ce qui est intéressant, c’est lorsque vous recevez une réponse à un commentaire que vous avez posté en arabe sur le forum dans lequel vous vous êtes inscris. Dans ce cas, vous pouvez être fier (e) de vous car vous avez réussi à « toucher » des personnes avec votre commentaire que vous avez posté en arabe (SVP).

[/toggle]

[toggle title=”Discutez en arabe avec un(e) arabophone.”]

Vous pouvez discuter en tête-à-tête avec une personne qui parle l’arabe (littéraire, bien entendu) ou via le « chat ». s’il n’est pas évident pour vous de trouver une personne avec qui vous pourrez discuter « physiquement » ou en tête-à-tête, il est, en revanche, très facile de rentrer en contact sur internet avec un(e) arabophone via le « chat ». En fait, les services de « chat » de Hotmail, Yahoo et d’autres sites le permettent. Il suffit de s’inscrire, gratuitement, au service « chat » de ces sites et d’engager des discussions avec des personnes dont la langue maternelle est l’arabe ou des personnes qui ont étudié l’arabe et qui le maitrisent bien.

[/toggle]

[toggle title=”Surtout, pensez en arabe.”]

c’est la technique la plus importante et la plus intéressante pour arriver à acquérir un maximum d’ « inputs » en la langue arabe.

Sachez que parmi les mauvaises habitudes, qui freinent la maîtrise de l’arabe, (mais pas que, de toutes les autres langues) c’est de penser avec sa langue maternelle et de s’exprimer en langue arabe. Dans ce cas de figure, on ne s’exprime plus en arabe mais on ne fait que traduire des phrases pensées dans sa langue maternelle vers l’arabe.

Alors, « de grâce » ne fonctionnez plus ainsi. Efforcez-vous de penser, un maximum de fois, en langue arabe. Evitez, au maximum, de traduire ce que vous voulez dire du français (ou d’une autre langue) vers l’arabe.

Une des meilleurs techniques qui permettent de réussir à penser en arabe est la technique suivante :

Lorsque vous vous levez le matin, regardez autour de vous les objets et outils de votre cuisine (سِكِّينْ [sikkîn]: couteau, مِلْعَقَة [mil3aqa]: cuillère, شَوْكَة [chawka]: fourchette…etc.), de votre salle de bain (صَابُونْ [sâbôn]: savon,  مِنْشَفَة  [minchafa]: serviette …etc.) de votre salon ( أَرِيكَة [arîka]: fauteuil, مَكْتَبَة [maktaba] : bibliothèque . . . etc.), de votre chambre à coucher (سَرِيرْ [sarîr]: lit,  خِزَانَة [khizâna]: armoire, …etc.)… Rappelez-vous les noms de ces objets et outils en langue arabe et prononcez-les dans cette belle langue.

A la fin de la journée, essayez de vous remémorez les actions que vous avez accomplies. Composez des phrases à ce propos en langue arabe. Au lieu de dire en français :

J’ai accompagné mon ami à l’aéroport de Paris.

Pensez et dites cette phrase en arabe, c’est-à-dire ainsi :

.رَافَقْتُ صَدِيقِي إِلَى مَطَارِ بَارِيسْ

[râfakto sadîqî ilâ matâri bârîs]
[/toggle]

[/toggle_wrap]

Beaucoup de personnes, parmi lesquelles certains de mes élèves et apprenant(e)s à qui j’ai enseignée la langue arabe, se sont posé la question suivante :

Est-ce que la maîtrise de la langue arabe s’acquiert-elle par le biais de la pratique ou par l’étude ?

Il est intéressant de savoir que vous ne pouvez pas réussir à conduire une voiture juste parce que vous avez lu le livre « Comment conduire une voiture ? ». C’est par la pratique que vous arriverez à conduire une voiture et rouler dans les rues de votre ville et ailleurs.

Sachez aussi, à ce propos, que les meilleurs nageurs à travers la planète, ont commis les pires fautes et erreurs au cours de leurs premières séances d’entrainements (boire de l’eau de la piscine, l’eau qui rentre dans le nez…etc.). Cela n’a pas empêché ces meilleurs nageurs de parfaire leur apprentissage de la natation et devenir les meilleurs dans leur discipline. Pareillement pour les meilleurs coureurs en moto. Ceux-ci sont certainement tombés de leurs motos au cours de leurs premières séances d’entrainements. Il se peut bien qu’ils se sont même gravement blessés. Cependant, cela n’a pas empêché qu’ils ont réussi à réaliser de très belles performances dans les courses à motos et de maitriser parfaitement leurs engins.

Ainsi, bien que l’étude théorie paraisse importante, cela ne suffit pas et il faut pratiquer sur le terrain ce que vous avez appris.

C’est la même chose pour la langue arabe. En fait, l’étude ne suffit pas à elle seule mais il faut mettre en application tous ce que vous avez réussi à apprendre. Certes, vous allez commettre des fautes et des erreurs, bégayer, parfois être brouillé(e) dans votre tête, et des fois douter de vous-même et de vos capacités mais avec une bonne dose de volonté et de motivation, vous allez réaliser de bons résultats dans votre apprentissage de l’arabe.

La deuxième ligne : les règles de syntaxe, de grammaire et de conjugaison

Vous avez certainement remarqué que lorsque les enfants commencent à parler, ils commettent pas mal de fautes et d’erreurs de syntaxe, de grammaire et de conjugaison. Souvent, ils confondent le masculin et le féminin, le singulier et le pluriel. Dans un grand nombre de cas, on s’amuse à les entendre mélanger les genres et composer des phrases incompréhensibles.

Il est intéressant de savoir que dans les premières années de l’apprentissage de la langue (plutôt du langage), l’inconscient de l’enfant se concentre plus sur le vocabulaire. En fait, ce qui intéresse l’enfant, dans ses premières années, c’est l’apprentissage d’un maximum de mots (lexique, vocabulaire). En revanche, l’apprentissage pour les règles de syntaxe, de grammaire et de conjugaison chez l’enfant, interviennent plus tard.

Vous aussi, vous devez suivre cette méthode et adopter la même démarche que l’enfant. Il faut, en fait, se concentrer, dans un premier temps, sur le vocabulaire pour apprendre un maximum de mots arabes utiles (les mots et phrases les plus utilisés dans la langue arabe), tout en développant votre capacité d’écoute. Ne vous souciez pas trop si vous n’arrivez pas à comprendre le sens de la discussion qui se déroule devant vous. L’essentiel est de travailler votre capacité d’écoute. C’est d’ailleurs l’attitude adoptée par l’enfant, qui écoute tout ce qui se dit autour de lui, même s’il n’arrive pas à saisir le sens de la discussion.

Vous allez remarquer que cette méthode est plutôt pratique à l’opposé des méthodes adoptées dans la majorité des écoles (notamment publiques) pour l’enseignement des langues étrangères. En fait, à l’école, l’intérêt est plus porté sur la capacité des élèves à répondre aux questions posées durant les examens. Ainsi, l’aspect de la pratique de la langue est négligé. Par conséquent, dans des situations réelles (par exemple, lorsque vous allez rencontrer un touriste arabe, ou si vous êtes un voyage au Liban et vous voulez faire des courses), ce que vous avez appris à l’école ne vas vous servir à grand-chose (hélas !).

Ainsi, le vrai problème dans l’apprentissage de l’arabe réside dans la méthode suivie. La bonne méthode doit être à la fois attractive et pratique. Elle est attractive dans la mesure où elle attire l’attention de l’apprenant(e) et ne soit pas trop ennuyeuse car trop « académique ». Elle est pratique car elle répond à des situations réelles et ne « navigue » pas que dans la théorie.

Pour les règles de syntaxe, de grammaire et de conjugaison de l’arabe, leurs enseignement doit aussi être attractif et pratique. Il ne suffit pas d’étudier, par exemple, la composition de la phrase (nominale ou verbale) en arabe mais il est indispensable de mettre en application les différentes compositions de la phrase dans la langue arabe. Cela passe par des mises en situations dans lesquelles vous (en tant qu’apprenant(e) de l’arabe) devez trouver votre place en tant qu’acteur actif et non pas comme un simple spectateur passif. Ainsi, dans une conversation qui se déroule dans un « souk » (marché), vous serez « confronté(e) » à un marchand qui parle arabe avec qui vous devez rentrer en conversation. L’objectif de cette conversation est d’arriver à exprimer en arabe vos idées en toute clarté et réussir à saisir le sens des phrases prononcées par le marchand. Les règles de syntaxe, de grammaire et de conjugaison que vous avez apprises seront pratiquées dans les phrases que vous serez amené(e) à dire.

Des astuces pratiques à connaître

Certes, vous allez rencontrer, au cours de votre « périple » de l’apprentissage de l’arabe, des obstacles et des difficultés qui peuvent constituer des motifs qui vont vous pousser à arrêter et abandonner d’apprendre l’arabe. Je ne vous le souhaite pas bien entendu.

Ce qu’il faut savoir c’est que les difficultés et les obstacles sont indispensables dans votre apprentissage de l’arabe. Oui, j’ai bien dit indispensables. Pourquoi ? En fait, les difficultés que vous allez rencontrer durant votre parcours d’apprentissage de l’arabe sont votre moteur pour avancer encore plus dans votre apprentissage. Cependant, vous devez dépasser ou surpasser ces difficultés lorsque vous les rencontrez et ne plus jamais abandonner d’apprendre l’arabe.

Vous devez vous armez de bonne volonté et de patience. En tous les cas, avec le temps, de l’organisation et du travail, les difficultés que vous allez rencontrer durant votre apprentissage seront surmontées. Il est intéressant aussi de savoir que l’apprentissage d’une langue est comme parcourir un trajet pour atteindre un point nommé (sa maison, son lieu de travail …etc.). Ce trajet a, certainement, une fin qui est le point d’arrivée.

Pour mieux parcourir ce trajet et atteindre la fin qui est, dans votre cas, l’objectif qui consiste à apprendre et maîtriser la langue arabe, voici certaines astuces pratiques que vous pouvez mettre en application.

La volonté que l’on peut ressentir ou avoir pour réaliser quelque chose peut demeurer dans notre esprit dans un état théorique mais elle peut également se concrétiser.

Lorsqu’on veut mettre en pratique une idée qui nous tient à cœur, cela peut être perçu, par nous-même, comme un objectif à atteindre ou comme une mission. Vous allez me dire : mais quelle différence existe-t-il entre un objectif et une mission ?

La différence entre un objectif et une mission réside dans le fait que l’objectif n’a pas de valeur ajoutée. Par contre, la mission, elle, apporte une valeur ajoutée dans notre vie. Prenant un exemple pour mieux illustrer cette différence entre l’objectif et la mission : je décide d’arrêter de fumer. Si je conçois ceci comme un objectif, cela se limite à un but à titre personnel. En revanche, si cette décision que j’ai résolue de prendre (arrêter de fumer) a été conçue comme une mission, dans ce cas de figure, je vise à la fois à protéger ma santé personnelle mais aussi à aider d’autres personnes à arrêter de fumer. Ainsi, la mission est composée d’un objectif (personnel) mais aussi d’une valeur ajoutée (autrui).

De même, si vous concevez le fait d’apprendre l’arabe comme un objectif personnel précis (par exemple : promotion professionnelle, faire des ami(e)s…etc.) cela reste louable mais limité. Par contre, si votre apprentissage de l’arabe est conçu comme une mission qui consiste à apprendre l’arabe pour devenir professeur de langue arabe et enseigner, à votre tour, cette belle langue à d’autres personnes, dans ce cas de figure vous aurez porté une valeur ajoutée à votre objectif.
Alors, considérez votre apprentissage de l’arabe non pas seulement comme un simple objectif personnel mais comme une vraie mission. Cela aura pour conséquence de vous motivez davantage et évitera que votre apprentissage ne soit pas ennuyeux ou que vous arrêtiez vos cours d’arabe.

Établir un planning pour étudier régulièrement la langue arabe est primordial. Surtout vaut mieux étudier l’arabe une demi-heure par jour toute la semaine et de manière régulière que d’étudier 3 ou 4 heures d’affilée une fois par semaine.

Afin de mieux définir votre objectif, à travers l’apprentissage de l’arabe, il est important de répondre à ces quatre questions :

  • Qu’est-ce qui va se produire lorsque j’apprends l’arabe ? notez votre réponse
  • Qu’est-ce qui ne va pas se produire lorsque j’apprends l’arabe ? notez votre réponse
  • Qu’est-ce qui va se produire lorsque je n’apprends pas l’arabe ? notez votre réponse
  • Qu’est-ce qui ne va pas se produire lorsque je n’apprends pas l’arabe ? notez votre réponse

Reconnaitre et définir les facteurs de résistance

Vous devez définir tous les facteurs et toutes les circonstances qui peuvent vous empêcher de ne pas mener à bien votre apprentissage de l’arabe. À titre d’exemple, vous pouvez relever :

  • un manque de temps,
  • une insuffisance de moyens,
  • un déficit de capacités

Luttez contre les facteurs de résistance

Après que vous avez défini avec précision les facteurs et circonstances qui peuvent freiner votre apprentissage de l’arabe, arrive le temps de définir les stratégies, les outils et les armes capables de combattre ces facteurs et circonstances de résistance à l’apprentissage de l’arabe.

Sachez que n’importe quel facteur de résistance peut être combattu car il existe toujours une alternative. Il suffit de bien cerner le facteur de résistance, de bien réfléchir à comment le contourner et ne pas renoncer à votre mission qui se cache derrière votre apprentissage de l’arabe.

En plus, avec les moyens dont on dispose à notre époque de l’internet, les facteurs de résistance semblent dérisoires car ils peuvent être dépassés avec de la volonté, de la persévérance et de réflexion sur la stratégie à adopter.

Conclusion

En guise de conclusion de ce livre, je souhaite vivement que son contenu sera utile pour votre apprentissage de la belle langue arabe.

J’aimerai à la fin de ce livre, vous rappeler que toute langue comprend quatre capacités, à savoir :

  • L’écoute
  • Le parler
  • La lecture et
  • L’écriture

Il ne suffit pas seulement de maîtriser une seule de ces quatre capacités pour prétendre maîtriser l’arabe. Ainsi, il faut maîtriser ces quatre capacités pour pouvoir dire que vous maîtrisez vraiment l’arabe.

Aussi, il est à souligner que ces quatre capacités sont classées de manière logique. En fait, chaque capacité implique une autre capacité. A titre d’exemple, on ne peut dire que l’on maîtrise la capacité « le parler » sans avoir maîtrisé la capacité « l’écoute ». Pareil, vous ne pouvez pas prétendre maîtriser la capacité « écriture » sans avoir, au préalable, maîtriser la capacité « lecture ».

Pour mieux saisir ces quatre capacités, on peut les classer dans deux catégories, à savoir : les « inputs » et les « outputs ».

Les « inputs » :

  • L’écoute par les oreilles
  • La lecture par les yeux

Les « outputs » :

  • Le parler par la bouche
  • L’écriture par la main

A travers ces deux catégories, vous remarquez que, finalement, c’est assez simple d’apprendre l’arabe (ou une autre langue). En fait, vous devez, dans un premier temps, « faire entrer » (« input » en anglais) pour pouvoir, dans un deuxième temps, « faire sortir » (« output » en anglais). Cela parait tout à fait logique, n’est-ce pas ?

En fait, pour répondre à une question (parler, là on est dans l’ « output ») qui vous a été posée, vous devez écouter et comprendre cette question (écouter et comprendre, là on est dans l’« input »). De même, pour répondre (« output ») au message qu’Ali vous a envoyé, vous devez le lire (« input »).

Vous remarquez donc que les quatre capacités de la langue sont classées de manière logique, cohérente et rationnelle. En fait, vous devez écouter pour pouvoir parler, et lire pour pouvoir écrire.

La question suivante peut traverser votre esprit : Mais quelle est la capacité la plus importante parmi les quatre capacités ?

Toutes les quatre capacités sont importantes et chaque capacité entraine implique logiquement une autre capacité. Cependant, il est intéressant de savoir que selon une étude qui a été menée, il s’avère que lors de toute conversation (communication, dialogue), les personnes utilisent : 40% de la capacité « écoute », 35% de la capacité « parler » de la durée de la conversation. Les deux autres capacités «l’écriture » et la « lecture » occupent respectivement 16% et 9% des capacités que l’on acquiert de la langue.

Enfin, sachez que chaque capacité, parmi les quatre capacités citées, est composée de « petites » capacités. A titre d’exemple, la capacité « parler » est composée de la vocalisation, de l’accent et des sonorités. De même, la capacité « écriture » comprend les règles de syntaxe, de grammaire, et de conjugaison.

Voilà, j’espère que ce guide sera utile à toutes celles et tous ceux qui souhaitent apprendre la langue arabe. En tous les cas, je mène des recherches dans le but de présenter à la portée de toutes ces personnes un contenu sérieux, et de travailler sur les méthodes et techniques les plus efficaces et les plus pédagogiques pour mieux faciliter l’apprentissage de la belle langue arabe.    

Si  vous  pensez  que  ce  « Guide pour parler l’arabe comme un Pro »  pourrait  être  utile  à  vos connaissances,  alors n’hésitez  pas  à  partager en utilisant les icônes de réseaux sociaux ci-dessous.

Bon apprentissage !

 

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments